Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Après les intoxications en Maine-et-Loire, la France interdit les produits à base de métam-sodium

Les 3 épisodes d'intoxication survenus en Maine-et-Loire, à Brain-sur-l'Authion (relire ici et ici) puis à Mazé-Milon (relire), ont eu raison du métam-sodium. L'utilisation de ce produit phytosanitaire avait tout d'abord été suspendue dans notre département (relire). Ce lundi matin, l'ANSES a définitivement enterré ce pesticide en annonçant le retrait des autorisations de mise sur le marché des produits à base de métam-sodium...

La mâche nantaise, exemple de produit soumis au traitement par métam-sodium dans le maraîchage


Utilisés en maraîchage ou en horticulture, les produits phytopharmaceutiques à base de métam-sodium servent à désinfecter les sols. Suite à l’approbation de la substance au niveau européen, l’Anses a réévalué les dossiers et notifié aux industriels son intention de retirer l’ensemble des autorisations de mise sur le marché pour les produits à base de métam-sodium. À cette occasion, l’Anses rappelle « l’importance de la phytopharmacovigilance (1) » et « l’obligation qui incombe aux professionnels de déclarer tout effet indésirable sur l’Homme et l’environnement impliquant un produit phytopharmaceutique ».

700 tonnes utilisées par an en France

Le métam-sodium est une substance active présente dans des produits phytopharmaceutiques utilisés pour lutter contre les bioagresseurs, tels que les champignons du sol ou les nématodes (des vers du sol dont certains s’attaquent aux cultures). Ces produits servent à désinfecter les sols avant l’installation d’une culture. Ils sont notamment employés sur des cultures maraîchères, telles que la mâche et la tomate, ou encore en horticulture. « Bien qu’ils soient appliqués sur des petites surfaces en plein champ ou sous serres, ces produits nécessitent d'être utilisés en grandes quantités pour agir avec efficacité. Ainsi, la dose d’emploi est comprise entre 300 et 1 200 litres par hectare, ce qui représente près de 700 tonnes utilisées chaque année en France », rappelle l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).

Le métam-sodium était déjà surveillé de près par l'Anses (relire)

Suite à l’approbation de la substance active au niveau européen, l’Anses a réexaminé l’ensemble des autorisations de mise sur le marché des produits contenant du métam-sodium en France. Les risques pour la santé humaine et l’environnement associés à chacun des usages des produits, en prenant en compte leurs conditions d’emploi, ont été évalués. Après réévaluation, l’Anses a conclu que « l’ensemble de ces usages représente un risque pour la santé humaine et l’environnement ». Ce lundi 5 novembre 2018, l’Anses a donc notifié aux industriels son « intention de retirer les autorisations de mise sur le marché de tous les produits à base de métam-sodium ». Par ailleurs, les événements récents d’intoxications de riverains et de professionnels, notamment en Maine-et-Loire à Brain-sur-l'Authion et à Mazé-Milon, « ont montré l’importance de déclarer à l’Anses tout événement indésirable en lien avec les utilisations des produits phytopharmaceutiques » ajoute l'Agence, qui rappelle aussi aux professionnels que « la déclaration d’effets indésirables constitue une obligation réglementaire, en vertu de l’article L. 253-8-1 du code rural et de la pêche maritime. Ces signalements de phytopharmacovigilance permettent à l’Agence d’agir rapidement afin de prévenir et contrôler les risques ».

(1) Pour en savoir plus sur phytopharmacovigilance : anses.fr/fr/content/la-phytopharmacovigilance.


Article du 05 novembre 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


11 commentaires :


Commentaire de Saumur Terre D'Avenir 05/11/2018 19:00:56

On a gagné!
Bravo au Maine et Loire qui, d'un scandal local et honteux, a su faire porter le débat au niveau National pour obtenir une interdiction définitive de ce produit de destruction massive de la vie des sols...

L'agriculture doit être bâti sur le respect et la vie des sols... Ca changera beaucoup de choses au niveau du réchauffement, des pollutions des cours d'eau et de l'effondrement de la biodiversité.



Commentaire de pierre.v49 05/11/2018 19:13:55

Oui c est une très bonne nouvelle pour la population et l'environnement, bonne décision de l' ANSES



Commentaire de nous voulons des coquelicots 05/11/2018 19:49:51

Rappel à tous ceux qui ne veulent plus être empoisonnés : il est important de signer la pétition "nous voulons des coquelicots".



Commentaire de Toto 05/11/2018 22:01:49

Yes yes yes Mais ils vont continuer a en mettre. Ou mettre autre chose. Stocks a controler et detruire. Surveillance a accroitre. On evolue petit a petit. Ca prendra du temps. Merci pour nos enfants.



Commentaire de Nostromo 05/11/2018 22:57:36

Une belle victoire... qui en annonce plein d’autres. La prise de conscience est en marche !



Commentaire de Oui mais 06/11/2018 07:13:52

Vous voulez toujours x polluer avec vis bagnoles car ça vous touches directement vous n étés pas cohérent Vous étés des inconscients, Alors je serai agriculteurs le 17 je prendrait mon beau tracteur avec une fourche a pointes et je foncerait sur vos barrages... Bande de bons a rien



Commentaire de feodo49 06/11/2018 07:22:33

Excellente initiative ....



Commentaire de Jaja 06/11/2018 08:02:25

Les maraichers sont en colere!! Cf courrier de l ouest Mais quelle honte. Pitoyable. Defendre ce produit sous couvert de rentabilite. Qu ils changent de metier . S ils ne s adaptent pas. Ils sont subventionnes et continuent de protester. Il n y a que eux qui travaillent. Plys que leur grand pere!!!!!!!



Commentaire de ADB 06/11/2018 11:05:28

On commence par interdire, puis par la suite, on examinera si c'était intelligent de prendre une telle mesure et on étudiera, peut être seulement, s'il aurait mieux valu faire autre chose.



Commentaire de fred 06/11/2018 12:06:35

Trouvez vous normal de tuer la vie dans la terre et ensuite lui demander de faire pousser de la mache .Imaginez juste la concentration en produit dans la mache.



Commentaire de Pilou 49 09/11/2018 20:33:08

Un immense merci aux malheureux malades du Maine et Loire grâce à eux on va interdire dans toute la France un infect produit que l'on savait parfaitement nocif pour la santé humaine, c'est ça le comble de couardise de nos élus !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI