Noyant-Villages. Une statue de Jules Desbois restaurée au musée de Parçay-les-Pins

"L'Hiver", statue en marbre réalisée en 1908 par Jules-Desbois pour le Jardin des Tuileries à Paris, a retrouvé son allure d'origine. L'oeuvre a été restaurée par deux professionnelles, qui ont réalisé leurs travaux dans le musée de Parçay-les-Pins, qui porte le nom de l'artiste natif de la commune.

La sculpture du jardin des Tuileries était en restauration au musée de Parçay-les-Pins.


Après de nombreuses années exposée au plein air parisien, noircie par les intempéries et la pollution, la sculpture de Jules Desbois, L'Hiver, avait besoin d'être restaurée. Cette opération a été réalisée en cette fin 2019, au sein-même du musée consacré à l'artiste, à Parçay-les-Pins. Un premier traitement avait donné à cette une apparence « plastifiée ». Le travail de cette année visait à ôter ce revêtement par micro-abrasion et à atténuer les traces de ruissellement et d’encrassement ayant pénétré en profondeur le marbre blanc à veines grises. Les travaux de restauration ont eu lieu sur place dans la grande salle du musée mi-novembre. L’équipe était constituée de deux restauratrices, Manon Joubert et Aline Raux, qui comptent à leur actif de prestigieux chantiers pour divers musées. La restauration de L’Hiver, en lien avec le Musée d’Orsay, a été suivie par la Conservation départementale du patrimoine (Conservation des musées de Maine-et-Loire) et la Direction associée des musées municipaux (SIVU de Baugé, Beaufort-en-Valée et Parçay-les-Pins).




Du Jardin des Tuileries à l'Anjou


Jules Desbois a 53 ans lorsque l’État lui passe une commande pour une statue, L’Hiver, destinée à prendre place dans le jardin des Tuileries. La version définitive en marbre est achevée en 1908. Elle montre un vieil homme longiligne qui souffre et se protège du froid dans une couverture : l’Hiver comme une allégorie de la dure saison à traverser au soir de sa vie. Depuis, comme de nombreuses œuvres monumentales de Desbois, cette statue a trouvé une place de choix au Musée de Parçay-les-Pins, commune natale du grand sculpteur de la fin du XIXe siècle, musée qui présente en plus d’une centaine de pièces l’évolution et la diversité de l’œuvre de Desbois. Le financement, à hauteur de 3 860 euros HT, est assuré par la commune de Noyant-Villages, avec l’aide de l’État (DRAC des Pays de la Loire, 20 %) et de la Région des Pays de la Loire (20 %) dans le cadre du FRAR (Fonds régional d’aide à la restauration), et du Département de Maine-et-Loire (30 %). La Fondation du patrimoine a contribué à l’étude préalable à la restauration.


Article du 05 janvier 2020 I Catégorie : Culture

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI